Quelques réflexions sur l’iPhone

19 janvier 2007 par

L’étude laissant entendre qu’Apple dégagerait pratiquement 50 % de marge brute sur chaque iPhone vendu, a fait couler beaucoup d’encre. Mais ce n’est pas le plus important, ces chiffres d’ailleurs sont assez similaires à ceux de l’iPod. Ce qui compte avec iPhone, c’est qu’Apple n’a pas à le vendre. C’est le travail des opérateurs de téléphonie mobile. Le dernier maillon de la chaîne n’a jamais été le point fort d’Apple. C’est pour cela que Cupertino s’était allié avec HP il y a quelques années concernant l’iPod. Steve Jobs lorgnait sur le réseau de distribution de son partenaire pour donner plus de visibilité à son baladeur.

Jobs l’a répété plusieurs fois durant son keynote : il espère vendre dix millions d’iPhone dans l’année qui suit sa commercialisation. Si Cupertino parvient à fidéliser la clientèle d’iPhone comme elle a su le faire avec l’iPod ou le Macintosh, la Pomme pourrait connaître une nouvelle phase de croissance importante. Dans cette affaire, l’opérateur aura autant intérêt qu’Apple à ce que l’utilisateur renouvelle son équipement fréquemment afin qu’il ne passe pas à la concurrence. La stratégie d’Apple apparait drôlement bien ficelée. Avec le recul, il est évident qu’il est plus simple pour Apple de passer des accords sur la durée avec les opérateurs de téléphonie plutôt que de créer son propre réseau virtuel. Les investissements auraient été beaucoup plus importants et la rentabilité moindre.

Dernière réflexion soufflée à l’oreille par Bernard Le Du : Si Apple s’est inspirée des travaux du Xerox Parc pour l’interface du Mac, elle s’est sans doute inspirée de ces travaux de Jefferson Han pour l’interface d’iPhone. L’année dernière, cette vidéo avait fait le tour du monde et donnait un avant-goût des interfaces du futur. Le futur, c’est en juin prochain !

10 commentaires pour “Quelques réflexions sur l’iPhone”

  1. Sarabande dit :

    Quand même, quelqu’un pourrait-il explicitement dire ce qu’il va en être des traces de doigts sur la surface interactive… en tout cas, des ordinateurs comme dans minority report où on trifouille dans une projection holographique, ce n’est plus pour dans très longtemps.

  2. alarache dit :

    Je n’ai pas compris ton raisonnement:
    évidement qu’apple n’allait pas investir dans des antennes à travers le monde pour installer son propre réseau… c’est le boulot d’autres..

    Par contre tu parles de fidéliser et renouvellement or avec un abonnement de 3 ans avec l’opérateur, on se retrouve avec un renouvellement de 3 ans: c’est long pour l’industrie (pas pour la planète mais pour l’économie oui!!)

    Apple va devoir dégager plein de nouveaux clients pendant au moins 3 ans et surtout les faire switcher des autres opérateurs vers celui qui a le contrat et ça, ça ne dépend pas d’apple, une première?

    Si Apple signe avec Bouygues en France:
    bon coup pôur Bouygues car top produit pour leurs abonnés
    mais peut être dure pour Apple car il va falloir faire venir les abonnés d’Orange et SFR sur le 3ème réseau jugé trop souvent jugé moins bon…

  3. Maxime Legrand dit :

    Et ben en fait, Apple ne s’est pas seulement inspiré de ce chercheur. Apple a acquis la license de cette technologie.

  4. Grug dit :

    Juste pour te dire merci pour cette note et sa « Dernière réflexion » ;)

  5. Sylvain dit :

    Intéressant, sur la page http://cs.nyu.edu/~jhan/ftirtouch/ (où on présente la technologie multitouch) on y lit ceci :
    « Update: Yes, we saw the keynote too! We have some very, very exciting updates coming soon- stay tuned! »

  6. Yohmi dit :

    Article très intéressant, surtout pour la dernière remarque, et merci aussi aux commentaires, surtout à Sylvain, car là, je ne tiens plus en place… serait-ce la raison du retard des écrans Apple ? Peu importe, ça promet :)

  7. matt dit :

    quelqu’un connaît-il le jeu (fin de la vidéo) qui consiste à « démêler » les segments du graphe ?

  8. telmat dit :

    http://www.cycling74.com/products/lemur

  9. Fred dit :

    J’en parle ici : http://www.frednassar.com/index.php?2007/01/20/00/39/17-l-ordinateur-de-demain-de-la-metaphore-du-bureau-au-bureau-virtuel

  10. Nikos dit :

    « … c’est qu’Apple n’a pas à le vendre. »

    Bosser a fond pendant 2 ans et demi sur un produit pour ne pas pouvoir le vendre c’est un peu pousser quand meme …

    :@@@@@@